• ASPRUJ
  • Journées européennes du patrimoine

Journées européennes du patrimoine

En 2022, sur le thème Temps libre

les 10 et 11 septembre

Dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, le Parc du Doubs offre une visite inédite de Saint-Ursanne le samedi 10 septembre. Grâce à d’importantes recherches historiques, les participants pourront découvrir la cité médiévale comme ils ne l’ont jamais vue. Informations complètes et inscription sur le site du Parc du Doubs

Dans toute la Suisse


 

En 2021, sur le thème Faire et savoir faire

Le 11 septembre 2021, le monde des murs de pierres sèches du Jura a été présenté, lors d’une visite commentée d’un mur de 110 mètres de long, restauré en 2018 et 2019.

Sous-le-Terreau, au Noirmont Plan d’accès

 

En collaboration avec le Parc naturel régional du Doubs, l’Association jurassienne de la pierre sèche et la Commune du Noirmont

À consulter pour plus de renseignements :

Murs secs pleins de vie / Association pour la sauvegarde des murs de pierres sèches, Musée d’histoire naturelle de La Chaux-de-Fonds. – Éditons de la Girafe, 2009.- Cahiers du MHNC N°10


En 2020, sur le thème Verticalité

Visite de l’hôtel de ville et du temple de Saignelégier

Samedi 12 septembre de 10h00 à 15h00

           
© Parc naturel régional du Doubs, Saignelégier

À Saignelégier, après la halle-cantine du Marché-Concours en 1905, deux nouveaux bâtiments voient le jour : en 1909, l’hôtel de ville, dans un style inspiré du Heimatstil, sur des plans de l’architecte chaux-de-fonnier Lambelet, et, en 1913, le temple protestant, sur les plans de l’architecte neuchâtelois Yonner, suite à un concours ayant récolté plus de 160 projets. Des constructions audacieuses pour l’époque qui illustrent l’urbanisation de la localité, à la veille de la guerre de 1914-1918.

Nous avions rendez-vous à l’Hôtel de ville, rue Bel-Air 9 pour des visites gratuites, commentées par petits groupes, toutes les heures en fonction de la demande, organisées en collaboration avec le canton du Jura et le Parc naturel régional du Doubs.

Une quarantaine de personnes ont participé.


 

 

En 2019, sur le thème Couleurs

En 2019, l’ASPRUJ, avec  le Parc naturel régional du Doubs, a participé aux Journées européennes du patrimoine

samedi 14 septembre 2019 au Musée rural jurassien

aux Genevez, Les Clos-Dessus 9 et 10

Les visiteurs ont eu l’occasion de faire le tour de cette imposante ferme double située dans le haut du village, sur un ancien fief relevant directement de l’abbaye de Bellelay. Datée de 1514, elle présente deux cuisines voûtées, une toiture à quatre pans recouverte de bardeaux et divers aménagements particulièrement bien conservés. Toutes les heures, un guide local leur a fait découvrir dans le haut de la localité l’ancienne Maison de la Dîme, exceptionnellement ouverte au public, les vitraux d’ Yves Voirol dans l’église, d’autres bâtiments et une ancienne citerne, le tout ponctué d’ anecdotes sur la vie locale. De retour au Musée, une dégustation de « tôtchés » et de produits du terroir accueillait les participants, ravis.

La couleur du temps n’est pas fournie seulement par les grands événements, ceux que l’on dit historiques. Quelqu’un de futé la trouve, sans la chercher, dans les petits indices de la vie quotidienne.

Umberto Saba, Couleur du temps, Rivages, 1989


 

En 2018, sur le thème Sans frontières

L’ASPRUJ a participé aux Journées européennes du patrimoine, en collaboration avec le Parc du Doubs, avec comme thématique : « sans frontières ».

Des visites d’une maison paysanne à Chauvilliers en France, ont été organisées le samedi 1er septembre 2018. Ce bâtiment, pour le thème choisi, montre que ces deux pays voisins, France et Suisse. partagent un patrimoine commun.

La seigneurie de Chauvilliers fit partie de l’Évêché de Bâle jusqu’en 1780. À cette date, le roi de France Louis XVI et le Prince Évêque de Bâle Frédéric de Wangen signèrent un traité de rectification de frontière par lequel, en échange d’autres territoires cédés à l’Évêché, la seigneurie de Chauvilliers fut rattachée à la France.

Datée de 1689, l’ancienne ferme comporte deux cuisines voûtées en étouffoir pour fumer la viande. Ces cuisines, typiques de l’ancien Évêché de Bâle permettent d’imaginer la vie quotidienne et suscitent l’admiration devant le savoir-faire nécessaire à leur construction.

Les visites ont eu lieu de 10 heures à 17 heures, avec, à intervalles réguliers, des exposés historiques, des dégustations de toétchés cuits dans le four à bois de la maison et des fromages régionaux.

Après la visite de cette maison villageoise d’exception, il a été possible de voir aussi à Epiquerez, à quelques kilomètres de là, d’anciennes citernes. Le Parc du Doubs, le Canton du Jura et l’ASPRUJ ont ainsi invité les visiteurs à franchir physiquement et historiquement la frontière dans une idée d’ouverture à l’autre.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]